WEB Eglise Evangélique Index du Forum

WEB Eglise Evangélique


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOYEZ LES BIENVENUS 
Publicités abusives de Google.Ne pas tenir compte merciPublicités abusives de Google.Ne pas tenir compte merciPublicités abusives de Google.Ne pas tenir compte merci  
Sur la croix de Golgotha, le Christ mourant, fidèle à lui-même

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    WEB Eglise Evangélique Index du Forum -> . -> LES FÊTES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
La Bible Parole de DIEU
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2010
Messages: 258

MessagePosté le: Jeu 18 Fév - 12:27 (2010)    Sujet du message: Sur la croix de Golgotha, le Christ mourant, fidèle à lui-même Répondre en citant

1MON DIEU, POURQUOI?
Sur la croix de Golgotha, le Christ mourant, fidèle à lui-même, partage ses
pensées suprêmes entre la terre et le ciel. Il pense encore aux hommes ses frères; à ses
bourreaux : « 34 Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. » (Luc 23, 34) Au
brigand repenti : « 43 Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le
paradis. » (Luc 23, 43) À sa mère : « 26 Femme, voilà ton fils. » (Jean 19, 26) Mais à
côté de ces paroles qui descendent de la croix, il en est d’autres de l’abandon confiant :
« 46 Père, je remets mon esprit entre tes mains. » (Luc 23, 46) C’est ainsi, auparavant, le
cri déchirant de l’âme en détresse : « 34 MON DIEU, MON DIEU, POURQUOI M’ASTU
ABANDONNÉ? » (Marc 15, 34)
L’évangéliste qui écrit pour célébrer la grandeur de Jésus et inviter ses lecteurs à
croire à sa mission divine, se sent troublé au moment où il va déclarer que sur la croix,
Jésus, oui Jésus lui-même, a prononcé ces mots. Pour souligner ce qu’ils ont, en sortant
de telles lèvres, de surprenant et de tragique, il les transcrit dans la langue même dont se
servait le Christ : « 46 Éli, Éli, lama sabachthani? » (Matthieu 27, 46)
Mes chers amis, cette parole unique qui plonge dans les ténèbres est pour nous
comme une invitation à venir abriter à l’ombre de la croix les “pourquoi” de nos
angoisses et de nos douleurs.
« Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? »
Cette parole nous étonne tout d’abord, parce qu’elle paraît contredite par les
déclarations antérieures du Sauveur. N’a-t-il pas pris congé des siens, en leur adressant
des messages d’espérance et de certitude triomphante : « 33 Prenez courage, j’ai vaincu
le monde. » (Jean 16, 33) Lorsqu’il promenait son regard attristé sur ses amis qui allaient
tous l’abandonner lâchement, ne leur a-t-il pas dit, paisible : « 32 …Vous me laisserez
seul; mais je ne suis pas seul, car le Père est avec moi. » (Jean 16, 32) Jésus a-t-il donc
oublié les pensées dont son coeur était tout rempli? Le voile du doute a-t-il dérobé au Fils
bien-aimé le visage d’amour du Père?
Notre perplexité vient du fait que ce cri de la croix ne correspond pas à l’idée
générale que nous aimons à nous faire du Sauveur. Quand nous tournons nos coeurs vers
lui, nous, si souvent vaincus, nous regardons nos coeurs vers lui, nous, si souvent vaincus,
nous regardons à lui comme au grand victorieux, comme à celui qui a su chasser
l’ennemi, faire reculer la souffrance et la mort même. Nous l’envisageons uni au Père
d’une manière intime, permanente; Dieu est en lui et lui en Dieu.
POUR VAINCRE IL FAUT COMBATTRE
Lorsque nous relisons l’Évangile nous nous apercevons que ce cri de la croix n’est
pas non plus “isolé” que nous le supposons tout d’abord. Lorsque nous saluons en Christ,
et à juste titre, le Vainqueur, n’oublions-nous pas que pour vaincre, il faut combattre, et
que l’âme du Christ fut celle d’un lutteur?
2
Souvenons-nous des premiers temps de son ministère, la scène du désert : Le Fils
de l’homme (car c’est ainsi qu’il aimait à être connu) est assiégé par l’Adversaire qui
cherche la fissure, le défaut de la cuirasse par où il pourra donner le coup mortel. Voyez
le Christ dans le jardin de Gethsémané, un autre désert puisque dorment ceux qui auraient
dû veiller avec lui. Avec larmes et supplications il présente son angoisse à celui qui
pourrait le délivrer (Hébreux 5, 7). Devant la coupe amère il frémit, et prie dans le silence
de la nuit, face à face avec une destinée, dont il sait bien que Dieu la veuille, ce Dieu qui
l’a conduit à cette heure fatale d’abandon en abandon, de solitude en solitude, d’obscurité
en obscurité. Toutefois, il ne peut s’empêcher de pousser le cri humain, qui s’en va
rejoindre l’universelle prière répétée sur tous les champs de bataille de l’histoire, aux
chevets des mourants, aux seuils des grands désespoirs, cette prière qui, en quelque heure
aussi, a jailli du fond de notre propre angoisse : « 39 Mon Père, s’il est possible, que cette
coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. »
(Matthieu 26, 39)
Enfin sur la croix, environné de plus épaisses ténèbres encore, tandis que la chair
meurtrie crie sous l’intensité de la souffrance, l’appel désespéré d’un ancien Psaume
monte aux lèvres du roi supplicié : « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné, » (Psaume
22, 2).
Jésus adresse au ciel un “pourquoi?” qui demeure sans réponse. Voilà le fait
certain, saisissant. Mais qui sommes-nous pour mesurer, non seulement l’intensité, mais
la qualité de cette souffrance? Les atroces de la torture du corps, ces membres percés,
cette soif dévorante, ces spasmes des muscles tétanisés, ne constituent encore que la
moitié de l’horreur du Calvaire et la plus faible moitié! D’autres furent crucifiés avant lui
ou le furent plus tard; cinquante ans après ce drame, l’auteur de l’épître aux Hébreux
rappelait que des saints de l’Ancien Testament (c’est le contexte d’Hébreux 11, 32-40; et
on sait que beaucoup de martyrs chrétiens ont subi les choses semblables) avaient été
« 37 Lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l’épée, » (Hébreux 11, 37). Par les
souffrances de sa chair, Jésus est le frère d’une légion de victimes. Mais sur le plan de la
souffrance morale, Jésus est seul; ce n’est pas seulement l’esprit épuisé, qui perdant de
vue le plan de Dieu, interroge en vain le ciel désespérément silencieux; c’est le coeur du
Christ d’amour qui saigne; la force maudite du péché du monde qu’il a voulu briser pèse
sur lui en cette heure.
Et puis, la trahison de ses amis, l’aveuglement du peuple élu, la solitude hostile,
voilà l’amertume que rien ne vient adoucir, voilà le pressoir qui vient le broyer. C’est
l’occasion dernière; profitant de ce dur combat de l’âme qui cherche à se libérer de la
matière, l’Esprit du mal qui avait jadis été repoussé, voudrait faire jaillir de cette douleur
la révolte, le blasphème; lui cacher le ciel, lui dire enfin : “Avoue que tu es vaincu, et que
c’est moi qui triomphe!”
Dernier assaut de l’ennemi, faiblesse de la chair déchirée, poids du péché du
monde, cri de l’amour assassiné par ceux qu’il venait sauver, nous retrouvons tout cela,
dans la voix du Christ à l’agonie : « Mon Dieu, pourquoi? » Nous pouvons dire
cependant : “Heureux, êtes-vous de connaître cette parole et de prêter l’oreille à cette
3
voix! Car ces accents, les plus graves de l’histoire, font lever une clarté dans la nuit de
nos souffrances et de nos doutes.” Nous pouvons y trouver la consolation et la certitude
dont nous avons tous soif.
LA CONSOLATION
Mon Dieu pourquoi? Nous reconnaissons dans ce cri un Sauveur fraternel. En
s’abaissant jusqu’à nous il n’a pas voulu s’enfermer dans je ne sais quelle protection
magique qui l’aurait rendu invulnérable. Plus nous avons appris ce que c’est que de
souffrir, plus nous avons entendu monter de la terre les “pourquoi?” des innocents
écrasés, des corps tourmentés, des âmes déçues et blessées; plus nous avons mesuré la
cruauté de certaines destinées, vouées à la douleur, plus nous avons frémi devant les
détresses incompréhensibles, les larmes inutiles, plus nous avons gémi devant des départs
prématurés, plus nous avons reconnu ce qui manquerait aux souffrances du Christ si nous
en effacions le “Pourquoi, mon Dieu?” Sans aucun doute, par cette parole le Christ s’est
rapproché de nous, plus que par nulle autre et il nous la laisse moins comme une énigme
pour notre raison que comme un abri pour nos désespoirs.
Un nuage a pu s’interposer un instant entre le Christ et son Père. Jésus a pu, lui
aussi, venir se heurter à la porte close de l’incompréhensible mystère. Jésus n’a donc pas
possédé une connaissance facile et mécanique de tous les secrets éternels; comme nous, il
a marché ici-bas par la foi, et non par la vue. À l’heure suprême, la foi n’a pas eu la
puissance de savoir, elle n’a pu que pousser le soupir interrogatif : Pourquoi? Et c’est là
pour nous une consolation, car Dieu reprocherait-il aux hommes de le fatiguer ou de
l’offenser par leurs “pourquoi” douloureux? Jésus plaide pour nous, il a dit aussi un jour :
« Mon Dieu, pourquoi? »
Cependant, gardons-nous d’abuser de cette arme que la croix nous procure. Si les
souffrances de Jésus étaient tout entières imméritées, les nôtres s’expliquent trop souvent,
et par nos infidélités personnelles, et par le péché de la race dont nous sommes les
complices. Mais il reste quand même ici-bas un empire de souffrances que notre
conscience doit loyalement dire imméritées, injustes, inutiles.
Mes chers amis, vous aussi en une heure d’abandon, de chute ou de deuil, vous
avez pu penser, certain jour : Dieu m’abandonne. Vous avez connu l’angoisse de n’être
pas compris, l’échec apparent de l’effort. C’est la cruauté de la solitude, l’absence des
affections humaines, la déssertion de Dieu même! Ces mots cruels qui étaient vides de
sens pour vous, expriment peut-être aujourd’hui les blessures de vos coeurs, les vraies
blessures, celles qui laissent derrière elles des plaies béantes et vous dictent le pourquoi
douloureux! Sachez que ce Pourquoi n’est pas un blasphème; car le crucifié étend sur
votre cri l’ombre de son intercession : “Oh! Père! Tu entends tous ces POURQUOI? De
ces affligés et de ces affamés, de ces pauvres et de ces vaincus. Ne t’irrite pas de leurs
plaintes. Embarqués sur l’océan des tempêtes, ils ignorent vers quelle rive les dirige le
vent de l’Éternel. Sois apaisé envers eux! Ne t’ai-je pas dit, moi aussi : Mon Dieu, mon
Dieu pourquoi?”
4
Cette communion de nos détresses avec sa détresse, c’est la consolation.
Cependant, singulièrement, si ce cri du Christ est tout pétri de doute, d’inquiétude…
presque un reproche; s’il demeure une question sans réponse, il est quand même une
certitude. Car ce cri est une prière. Jésus ne dit pas : “Fatalité, pourquoi m’as-tu
abandonné? Nature, pourquoi gardes-tu le silence?” Jusqu’à l’heure la plus noire, Jésus
parle à un Dieu qui l’entend; c’est l’amour du Fils pour son Père.
Pourquoi les souffrances imméritées du Calvaire? Les hommes ont essayé de
répondre par leurs théories. Ils ont construit les théologies de la croix dont certaines sont
riches de hautes pensées. Les apôtres même ont expliqué les souffrances du Christ en
termes de sacrifice, de rançon pour les hommes, car « 22 sans effusion de sang il n’y a
pas de rémission. » (Hébreux 9, 22) Mais toutes ces explications ne sont pas définitives.
Et si elles ne satisfont qu’imparfaitement notre soif de savoir, c’est que nous sommes
appelés à reconnaître les conséquences, les répercussions du Calvaire dans l’histoire. Car,
voyez-vous, les souffrances du Golgotha ont appris aux humains à croire à l’amour, et au
pardon; elles ont imposé à l’humanité égoïste la beauté du sacrifice; elles ont convié les
consciences à haïr le péché; elles ont consacré la Royauté du Christ, capable d’attirer à lui
tous ceux qui ont soif de justice et d’amour.
« Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? » Doute et certitude. Doute complet
sur notre possibilité de tout expliquer, de notre petit point de vue, de trouver la lumière en
bas.
LA CERTITUDE
Dans la croix, nous trouvons l’événement décisif devant lequel nous avons tous à
prendre position. Si le Pourquoi? du crucifié est resté sans réponse, c’est qu’il y a dans la
pensée de Dieu des intentions qui nous échappent, des motifs qui nous dépassent, c’est
que de tous les désordres, et de toutes les douleurs, Dieu peut faire surgir des trésors de
vie et d’amour.
Tout l’incompréhensible de la vie et de ses croix; tout l’incompréhensible de
l’histoire et de la grande croix qui la domine et lui donne un centre, ne peut que nourrir
en nous la conviction religieuse. C’est Dieu seul qui sait pourquoi. Ce que tu ne
comprends pas aujourd’hui, tu le comprendras plus tard, quand tu verras face à face le
Dieu d’amour. Et c’est cela la certitude.
Le « Mon Dieu, pourquoi? » du Fils de Dieu n’est pas une vraie défaite, puisque
c’est encore une prière qui emporte avec elle, auprès du Père, tous nos pourquoi, toutes
nos larmes, toutes nos inquiétudes… et c’est là une bienheureuse certitude.
L’auteur : M. R. A

_________________
ACCUEIL
CLIQUEZ SUR LE LIEN
http://webeglisevangelique.xooit.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 18 Fév - 12:27 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    WEB Eglise Evangélique Index du Forum -> . -> LES FÊTES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com